PRIMES ADAPTÉES

Les sociétés d’assurances appliquent des primes tarifaires propres à chaque type de risque.

Les primes d’assurances sont basées sur le principe de la répartition du risque, les bons risques finançant la prise en charge des mauvais. Au sein d’un groupe possédant une captive de réassurances, la tarification retenue pour couvrir les risques est principalement basée sur la sinistralité propre aux risques issus d’un groupe.
Les primes sont, de plus, moins sujettes aux fluctuations du marché.


ECONOMIE DE COÛT

Dans le domaine de l’assurance directe traditionnelle, une part significative des primes sert à couvrir des charges de fonctionnement de l’assureur, non liées à de sinistres.

La mise en place d’une captive de réassurances avec une structure légale permet le retour des primes cédées aux assureurs vers le Groupe, tout en économisant sur les commissions des intermédiaires, le coût de règlement de sinistres ainsi que la marge bénéficiaire de l’assureur.
L’assureur direct est rétribué pour son intermédiation au moyen d’une commission de cession pour ses coûts d’administration basée sur le volume des primes encaissées par l’assureur ainsi que par la conservation d’une petite partie des primes versées par le groupe.


OPTIMISATION DE LA GESTION FINANCIÈRE

La création d’une société captive de réassurances assure également à un groupe accès direct au marché de la réassurance, et de ce fait, permet de réaliser des économies par une réduction de coûts liés aux intermédiaires et aux frais d’administration.
En effet, la société captive de réassurances est exposée à des risques importants et peu diversifiés et doit se prémunir par une couverture adéquate de ses risques contre les conséquences qu’un sinistre majeur pourrait entraîner sur sa situation financière.


ACCÈS À LA RÉASSURANCE

Les primes payées par les différentes filiales du groupe à l’assureur sont en tout ou partie cédée par l’assureur direct à la société captive de réassurances, ce qui permet une maîtrise des flux financiers à l’intérieur du groupe et donc une optimisation de la gestion trésorerie.
Dans la mesure où la solvabilité de la captive n’est pas détériorée, ses actifs peuvent être utilisés pour financer des sociétés du groupe ou leur accorder des prêts. La rétention de primes au sein d’une captive constitue pour le groupe une réduction des dépenses.

L’existence d’une captive de réassurances dans un groupe permet une plus grande flexibilité au niveau de la date de versement des primes et assure le maintien des produits financiers générés par les primes et les provisions au sein de la captive réassurances.